Comment est cultivé le thé biologique ?

Le thé est l’une des boissons les plus consommées en France : 2 personnes sur 3 en consomment régulièrement. Il existe différents types, noir, vert, blanc, etc., et peut être nature ou parfumé. La production peut se faire de façon conventionnelle ou biologique avec des techniques de culture bien différentes. Aujourd’hui, on retrouve de plus en plus des thés bio sur le marché. Quels sont les avantages de la consommation de ce type de thé et comment est organisée sa production ?

Quels sont les bienfaits du thé ?

Le thé est une boisson présentant des vertus antioxydantes dues aux flavonoïdes qu’il contient. Ces polyphénols limitent la formation de radicaux libres responsables du vieillissement prématuré des cellules dans l’organisme. Ils agissent en faveur du système cardiovasculaire et contre les inflammations. Par ailleurs, le thé stimule les fonctions de l’organisme que sont la respiration, la circulation sanguine, la concentration et la fonction diurétique. Le thé bio est encore plus sain et plus riche en saveurs, car les feuilles de théiers ne sont pas lavées lors de la récolte.

Le thé bio, c’est quoi ?

Un produit est dit « bio » lorsqu’il est issu de l’agriculture biologique qui exclut l’utilisation des produits chimiques. Le thé bio est donc un thé cultivé dans des conditions respectant l’environnement et utilisant des méthodes et intrants naturels. Le mode de production et de transformation doit respecter l’équilibre de la nature et le thé doit contenir au moins 95% d’ingrédients naturels selon la réglementation française.

Le thé bio doit être exempt d’organisme génétiquement modifié (OGM) et il est soumis à un contrôle rigoureux par des structures qualifiées. C’est d’ailleurs le cas des thés bios de chez thes-traditions.com qui sont certifiés par des organismes accrédités.

Pourquoi consommer du thé bio ?

En agriculture conventionnelle, le thé est produit en utilisant des intrants chimiques pour maximiser le rendement. Les produits phytosanitaires et engrais chimiques utilisés pour lutter contre les ravageurs et booster la croissance des plants ont des effets négatifs sur la santé humaine et l’environnement. Ils appauvrissent les sols, détruisent l’environnement et laissent des résidus sur les plantes qui ne sont pas lavées durant le processus de fabrication du thé.

Lors de l’infusion, ces résidus chimiques sont libérés dans l’eau et bus par les consommateurs. Le thé non bio représente un risque de toxicité dont l’effet et la durée d’apparition dépendent de la quantité de ces résidus présents dans la tasse. Pour maintenir une bonne santé, opter pour des thés bios est une meilleure solution, car ils ne contiennent pas d’élément chimique nuisible.

Consommer du thé bio permet également de préserver la nature et la biodiversité. Les insectes pollinisateurs et autres petites bêtes bénéfiques pour les plantes ne seront plus exterminés par les insecticides et pesticides. La biodiversité est ainsi protégée, de même que la terre qui ne sera plus dégradée ni appauvrie.

culture de théiers

Comment se fait la culture du thé de façon biologique ?

Cultiver du thé bio requiert un savoir-faire unique et des précautions rigoureuses pour une production respectueuse de l’environnement et de la santé des consommateurs.

Type de sol, conditions climatiques et géographiques

Pour produire du thé biologique, il est nécessaire que la terre de culture n’ait reçu aucun apport de produits chimiques pendant 3 ans. La plante préfère des sols acides, meubles et en pente pour faciliter l’écoulement des eaux. Cultivés à une température comprise entre 20°C et 30°C et une altitude de 1200 à 1800 mètres, les théiers supportent mieux les rayons du soleil grâce à la brume présente en altitude. En ce qui concerne les semences à utiliser, elles ne doivent pas être génétiquement modifiées.

Utilisation d’engrais naturels

En matière d’engrais, le sol doit être riche en trois éléments principaux nécessaires à la croissance des plantes : l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K). Un apport supplémentaire sera réalisé, constitué de déchets recyclés et d’engrais naturels.

Il s’agit par exemple du compost issu de la dégradation des matières organiques végétales et animales. La vermiculure est également une méthode permettant de fertiliser les sols de façon naturelle grâce aux vers qui sont directement mis dans la plantation de thé.

Lutte naturelle contre les ravageurs et maladies

En culture biologique, la préservation de la biodiversité est importante, non seulement pour assurer la fertilisation des sols, mais également pour protéger les plantes des ravageurs. Plutôt que de faire usage des produits phytosanitaires tels que les pesticides et insecticides, il faut utiliser des insectes prédateurs des ravageurs de plantations de thés telles que les coccinelles. Les huiles essentielles d’ail, de clou de girofle ou d’origan sauvage protègent aussi les cultures des nuisibles ainsi que des maladies.

Pour empêcher l’envahissement par de mauvaises herbes, le désherbage doit être manuel et fait régulièrement. Par ailleurs, l’association de cultures est une méthode efficace pour assurer la protection des plantations de thés contre les ravageurs et maladies. Ainsi, des arbres fruitiers peuvent cohabiter avec les théiers pour un écosystème sain.

La réglementation européenne sur les thés bio

Pour qu’un thé soit considéré comme bio en France, il doit respecter le cahier des charges établi par l’Europe depuis son pays d’origine. La culture doit avoir été réalisée selon les règlements instaurés : pas d’utilisation de produits chimiques, pas d’OGM, que des produits naturels, les sols doivent être fertilisés de façon naturelle. Il en est de même pour la transformation qui ne doit fait intervenir que des matières premières biologiques.

Aussi, au moins 95% de matière sèche des thés bio doit être biologique. En effet, le règlement européen considère qu’il peut y avoir des traces de résidus de produits chimiques issus de cultures environnantes à un seuil maximal de 5%.

thé biologique

Comment reconnaître un thé bio ?

Tout produit dit « bio » ne l’est pas. Pour savoir si un thé est effectivement issu de l’agriculture biologique, il doit avoir subi un contrôle rigoureux et posséder une preuve tangible de sa nature.

Un contrôle est effectué sur les thés bio par des organismes certificateurs afin d’attribuer une distinction entre ce type de thés et ceux non biologiques. Lorsqu’ils répondent aux normes et règlements en vigueur, un logo représentant le label y est apposé.

Il existe divers labels permettant de déterminer si un produit est issu de l’agriculture biologique. Il s’agit notamment du Label bio européen, et du label AB (Agriculture Biologique).

Un emballage de thé portant un de ces labels rassure sur sa qualité et certifie qu’il s’agit bien d’un produit bio.

Consommer du thé bio est meilleur pour la santé, car il ne contient pas ou presque pas d’éléments chimiques nuisibles. C’est aussi contribuer à la protection de l’environnement et soutenir les petits producteurs pour consommer local.

Articles similaires

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

spot_img

Articles récents