Quelles sont les options de traitement en cas de cancer du côlon ?

Le traitement du cancer du côlon dépend de la localisation de la tumeur, du stade de la maladie et de l’état général du patient. Il existe différents traitements du cancer du côlon. Souvent, ces traitements sont combinés pour répondre aux besoins de chaque patient. Le cancer colorectal peut être guéri dans plus de 90 % des cas lorsqu’il est détecté à un stade précoce de la maladie. Découvrons ensemble les différents traitements.

La chirurgie

Le traitement chirurgical, c’est-à-dire l’ablation de la tumeur, est le seul traitement curatif du cancer du côlon. Le type de chirurgie varie en fonction de la localisation de la tumeur et de l’étendue de la maladie.

Le traitement chirurgical peut avoir deux intentions. Il peut s’agir d’une intention curative, qui vise à retirer la totalité de la tumeur. Les ganglions lymphatiques voisins sont également enlevés (lymphadénectomie).

– Palliative : elle est pratiquée lorsque la tumeur est très étendue et qu’une guérison n’est plus possible. Son objectif est d’améliorer la qualité de vie des patients ou de pallier les symptômes produits par la tumeur (par exemple : occlusion intestinale).

Les types de chirurgie utilisés dans le traitement du cancer du côlon et du cancer du rectum sont différents. L’étendue de la zone à enlever dépendra de l’étendue de la tumeur.

La chimiothérapie

La chimiothérapie consiste à utiliser des médicaments (cytostatiques) pour détruire les cellules cancéreuses. En raison de sa non-spécificité, il ne s’attaque pas seulement aux cellules cancéreuses, mais affecte également d’autres cellules et tissus normaux de l’organisme, surtout s’ils se divisent activement, ce qui est à l’origine de la plupart de ses effets secondaires. La chimiothérapie est administrée par périodes de temps préalablement établies, appelées cycles. Les cycles sont généralement répétés toutes les 3 ou 4 semaines.

Les médicaments de chimiothérapie peuvent être administrés seuls (monothérapie) ou en association (polychimiothérapie). Il existe différentes voies d’administration, les plus courantes étant la voie intraveineuse et la voie orale. Il existe également une chimiothérapie régionale, dans laquelle les médicaments sont injectés directement dans une artère qui atteint la zone du corps où se trouve la tumeur. Cette méthode réduit les effets secondaires en diminuant la quantité de chimiothérapie qui atteint d’autres zones du corps. La chimiothérapie par perfusion directement dans l’artère hépatique est utilisée pour traiter les métastases hépatiques du cancer du côlon.

La chimiothérapie se caractérise par deux effets : l’effet thérapeutique et les effets secondaires Les effets secondaires varient en fonction du médicament utilisé, mais parmi les plus fréquents, on trouve nausées, vomissements, diarrhée, plaies dans la bouche, manque d’appétit ou encore alopécie. Il est également question d’anémie, d’infections ou d’ecchymoses selon les profils de patients.

La radiothérapie

La radiothérapie consiste à utiliser des rayonnements ionisants (rayons X à haute énergie) pour tuer les cellules cancéreuses. Il est considéré comme un traitement local et la procédure est similaire à une radiographie. Le rayonnement émis est dirigé directement vers la tumeur et seules les cellules de la zone irradiée sont touchées. La radiothérapie n’est pas utilisée de manière systématique dans le cas du cancer du côlon, bien qu’elle soit parfois utilisée pour réduire la douleur et d’autres symptômes causés par la tumeur (radiothérapie palliative) ou lorsqu’il n’est pas certain que toute la tumeur a été enlevée et qu’elle est utilisée pour détruire les cellules cancéreuses qui peuvent être restées après la chirurgie. La radiothérapie peut également être utilisée pour traiter un cancer du côlon qui s’est propagé, notamment aux os ou au cerveau.

La radiothérapie peut être utilisée avant, pendant ou après la chirurgie. La radiothérapie avant la chirurgie permet dans de nombreux cas de réduire la taille de la tumeur, ce qui faciliterait la chirurgie et ses complications. Dans le cas du cancer du rectum, la chimiothérapie et la radiothérapie sont souvent administrées ensemble, car cela augmente l’efficacité du traitement (chimio-radiothérapie). Une chimio-radiothérapie avant la chirurgie peut parfois éviter la nécessité d’une colostomie et prévenir la récidive de la tumeur. La radiothérapie après la chirurgie est utilisée pour détruire les cellules cancéreuses qui peuvent rester dans la région.

La radiothérapie entraîne une série d’effets secondaires, qui dépendent principalement de la quantité de rayonnement administrée et de la partie du corps irradiée. Parmi les effets secondaires les plus courants, on peut citer : nausées et vomissements, une certaine fatigue, un trouble au niveau des mictions ( brûlures, douleurs ou fréquence altérée). Certains patients ont également des douleurs rectales ou des difficultés d’ordre sexuel. La plupart des effets secondaires disparaissent toutefois une fois le traitement terminé.

Avant de vous aventurer dans un traitement médical, il est recommandé de solliciter l’expertise médicale de plusieurs professionnels de santé. C’est d’ailleurs ce que propose la plateforme DeuxièmeAvis.fr [Cliquez-ici pour en savoir plus]. Demander un deuxième avis à un autre type de spécialiste peut être instructif mais peut aussi, inévitablement, créer de la confusion quant aux options de traitement. La meilleure façon de résoudre cette confusion est de rassembler et d’utiliser toutes les informations disponibles pour prendre une décision en connaissance de cause.

Articles similaires

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

spot_img

Articles récents